滕彪文集
[主页]->[独立中文笔会]->[滕彪文集]->[Disparitions forcées en Chine : un système rodé et institutionnalis]
滕彪文集
·Striking a blow for freedom
·滕彪:维权、微博与围观:维权运动的线上与线下(上)
·滕彪:维权、微博与围观:维权运动的线上与线下(下)
·达赖喇嘛与中国国内人士视频会面问答全文
·台灣法庭初體驗-專訪滕彪
·滕彪:中国政治需要死刑作伴
·一个反动分子的自白
·强烈要求释放丁红芬等公民、立即取缔黑监狱的呼吁书
·The Confessions of a Reactionary
·浦志强 滕彪: 王天成诉周叶中案代理词
·选择维权是一种必然/德国之声
·A courageous Chinese lawyer urges his country to follow its own laws
·警方建议起诉许志永,意见书似“公民范本”
·对《集会游行示威法》提起违宪审查的公开建议书
·对《集会游行示威法》提起违宪审查的公开建议书
·滕彪访谈录:在“反动”的道路上越走越远
·因家暴杀夫被核准死刑 学界联名呼吁“刀下留人”
·川妇因反抗家暴面临死刑 各界紧急呼吁刀下留人
·Activist’s Death Questioned as U.N. Considers Chinese Rights Report
·Tales of an unjust justice
·打虎不是反腐
·What Is a “Legal Education Center” in China
·曹雅学:谁是许志永—— 与滕彪博士的访谈
·高层有人倒行逆施 民间却在不断成长
·让我们记住作恶的法官
·China’s growing human rights movement can claim many accomplishments
·總有一種花將會開遍中華大地/郭宏治
·不要忘记为争取​自由而失去自由的人们
·Testimony at CECC Hearing on China’s Crackdown on Rights Advocates
·Tiananmen at 25: China's next revolution may already be underway
·宗教自由普度共识
·"Purdue Consensus on Religious Freedom"
·Beijing urged to respect religious freedom amid ‘anti-church’ crackd
·“中共难容宗教对意识形态的消解”
·非常规威慑
·许志永自由中国公民梦不碎
·滕彪维园演讲
·Speech during the June 4th Vigil in Victoria Park in Hong Kong
·坦克辗压下的中国
·呂秉權﹕滕彪赤子心「死諫」香港
·【林忌评论】大陆没民主 香港没普选?
·曾志豪:滕彪都站出來,你呢?
·June 2014: Remembering Tiananmen: The View from Hong Kong
·The Strength to Save Oneself
·讓北京知道 要甚麼樣的未來/苹果日报
·否認屠殺的言論自由?
·Beyond Stability Maintenance-From Surveillance to Elimination/Teng bia
·从稳控模式到扫荡模式
·為自由,免於恐懼越絕壑——記滕彪談中國維權路
·就律协点名维权律师“无照”执业 滕彪答德国之声记者问
·法官如何爱国?
·滕彪给全国律协的公开信
·郑州十君子公民声援团募款倡议书
·Politics of the Death Penalty in China
·What sustains Chinese truth-tellers
·在人权灾难面前不应沉默
·From Stability Maintenance to Wiping Out/Teng biao
·自由不是一個禮物,而是一個任務
·抱薪救火的严打政策
·习近平要回到文革吗?
·中国宪法的结构性缺陷
·25 years later, Tiananmen cause is still costly
·A Chinese activist: Out of prison but not free
·中国人权有进步吗?
·Activist lawyer vows to keep fighting for human rights
·高智晟:走出监狱却没有自由
·VOA时事大家谈:维权/维稳
·和平香港行動呼籲
·沉默的吶喊
·Head Off a Tiananmen Massacre in Hong Kong/Yang jianli,Teng Biao,Hu ji
·滕彪被中国政法大学除名 因参与新公民运动
· Ilham Tohti should get the Nobel peace prize, not life in prison
·受难的伊力哈木
·香港人不会接受一个假选举
· Chinese activist scholar Teng Biao on how Occupy Central affects main
·大陆法律人关于支持港人真普选和释放大陆声援公民的声明
·« Révolution des parapluies » contre Pékin / Teng biao
·We Stand With You
·从占领中环到伞花革命
·不可承受的革命之重
·中国维权运动的历史和现状
·Don’t Get Too Excited About the Investigation of Zhou Yongkang
·Sensing subversion, China throws the book at kids' libraries
·China’s Unstoppable Lawyers: An Interview With Teng Biao
·专访滕彪:中国那些百折不回的律师们/纽约书评
·法治還是匪治
·努力实现匪治
·Hongkong: the Unbearable Weight of the Revolution
·Courts are told what decision to make in important cases
·RISKY BUSINESS fighting for Human Rights in China
·藏族、維吾爾族、南(内)蒙古族以及漢族活動人士的聯合聲明
·A STATEMENT OF SOLIDARITY FROM A TIBETAN, UYGHUR, SOUTHERN MONGOLIAN,
·The Supremacy of the Constitution, and Freedom of Religion
·如果有人倾听你对 昨夜梦境的复述(诗四首)
·China’s Empty Promise of Rule by Law
·Sensing subversion, China throws the book at kids' libraries
·VOA时事大家谈:中国司法不独立,如何进行司法改革?
·VOA时事大家谈:通奸女官员被“游街”:罪有应得还是侵犯人权?
·滕彪:中共“依法治国”的画皮
·What will this crackdown on activists do to China’s nascent civil soc
·浦志强、滕彪:李保华诉周国平名誉权纠纷案代理词
[列出本栏目所有内容]
欢迎在此做广告
Disparitions forcées en Chine : un système rodé et institutionnalis

https://www.liberation.fr/debats/2019/08/29/disparitions-forcees-en-chine-un-systeme-rode-et-institutionnalise_1748089?fbclid=IwAR1UDwR42_2lzTFca9a-1C-Sba00SEIBOUcuQRj7XQqos6BZE6kOfYyB_oY
   
   Disparitions forcées en Chine : un système rodé et institutionnalisé
   
   Par Teng Biao, Avocat, professeur et défenseur des droits humains en Chine

   
   — 29 août 2019 à 18:36
   A l’occasion de la Journée internationale des victimes de disparition forcée de l’ONU, il est urgent de rappeler que la Chine a mis en place une politique de contrôle de sa population basée sur l’enlèvement et la torture, au mépris de tous les droits humains.
   
    Disparitions forcées en Chine : un système rodé et institutionnalisé
   Tribune. Quand des centaines de milliers de pratiquants du Falungong [une secte interdite en 1999, ndlr] faisaient l’objet de persécutions systématiques (camps de travail, disparitions forcées, tortures), la plupart des gens en Chine ont préféré rester silencieux. La plupart, sauf un avocat : Gao Zhisheng. Ce dernier a parcouru la Chine pour recueillir les témoignages et défendre les droits de ces croyants. Dès 2004, Me Gao a écrit plusieurs lettres ouvertes aux autorités chinoises, dénonçant la répression exercée contre les Falungong. Son courage et sa compassion lui ont valu respect et reconnaissance du grand public. En plus de nombreuses distinctions du milieu des droits humains, il a également été nominé à plusieurs reprises pour le prix Nobel de la paix.
   
   En août 2006, Gao Zhisheng était enlevé pour la première fois. «Un jour, je marchais dehors, et alors que j’allais tourner au coin de la rue, environ six ou sept inconnus se sont dirigés vers moi. J’ai soudainement senti un coup violent sur ma nuque et je suis tombé tête la première sur le sol. Quelqu’un m’a attrapé les cheveux et on m’a tout de suite mis une capuche noire sur la tête. Quatre hommes munis de matraques électriques se sont mis à me frapper sur la tête et sur tout le corps. On n’entendait rien d’autre à part le bruit des coups et ma respiration saccadée. Je me tordais de douleur sur le sol, essayant de m’échapper en rampant. [L’un d’entre eux] m’a ensuite envoyé une décharge électrique sur les parties génitales. Je les suppliais d’arrêter, mais ça n’a servi qu’à les faire rire et me torturer de manière encore plus atroce.»
   Après cela, il a disparu et a été torturé de manière répétée et brutale.
   
   
   Dans les treize années qui ont suivi son enlèvement, Me Gao n’a pas joui d’un seul jour de liberté : il était soit porté disparu, emprisonné ou en résidence surveillée. Quand il a enfin été vu de nouveau en public, il paraissait vieux et frêle, et avait perdu la plupart de ses dents. Mais il refusait de se rendre, croyant encore au pouvoir des droits humains et de la justice. Gao Zhisheng n’est pas l’un des avocats les plus courageux de Chine, il est le plus courageux.
   
   Et en août 2017, il disparut à nouveau. Plus aucune nouvelle de lui depuis cette date.
   
   Les disparitions forcées sont en roue libre en Chine. Le panchen-lama - deuxième chef spirituel le plus important pour les bouddhistes tibétains - a été enlevé par les autorités chinoises en 1995, alors qu’il n’avait que 6 ans. A ce jour, personne ne l’a plus revu, ce qui en fait peut-être la plus jeune victime de disparition forcée au monde. Après les troubles de juillet 2009 dans le Xinjiang, nombre de Ouïghours ont tout simplement disparu de la circulation.
   
   Le Parti communiste chinois n’hésite ni à procéder à des enlèvements au-delà des frontières du pays ni à cibler des ressortissants d’autres pays. Ainsi, en 2015, les autorités chinoises ont enlevé Gui Minhai, écrivain et éditeur (il est par ailleurs citoyen de l’Union européenne grace à sa nationalité suédoise), ainsi que son associé Lee Bo, ressortissant britannique. En 2017, l’homme d’affaires et milliardaire Xiao Jianhua, détenteur d’un passeport canadien, a disparu de sa chambre d’hôtel à Hongkong.
   
   Or le gouvernement ne se contente pas de faire disparaître des groupes marginalisés, des dissidents politiques ou des voix critiques. En juillet 2018, Fan Bingbing, actrice chinoise connue sur la scène internationale, n’a soudainement plus donné signe de vie, ne faisant plus aucune apparition publique pendant plus de trois mois. Même les membres du parti ne sont pas à l’abri : Meng Hongwei, chef d’Interpol, organisation pourtant basée en France, et vice-ministre de la Justice chinois, qu’on aurait donc pu croire intouchable, a donné des nouvelles à sa femme pour la dernière fois en octobre 2018, avant d’être embarqué en détention lors d’un voyage de routine vers la Chine.
   
   Il y a le shuanggui, pratiqué par le Comité disciplinaire du parti, et le liuzhi, de la Commission nationale de surveillance [des systèmes de détention arbitraire]. Il y a les «prisons noires» où croupissent des villageois ayant osé défendre leurs terres, et les «centres d’éducation juridique» ou autres «classes d’études» mises en place pour enfermer et laver le cerveau des croyants Falungong.
   
   Objets de dénonciations de plus en plus nombreuses, y compris par la France, les «centres d’éducation et de transformation» pourraient détenir plus d’un million de Ouïghours et autres minorités musulmanes. Quel que soit le nom qu’elles portent, chacune de ces pratiques est la manifestation d’un système rodé de disparitions forcées, maintenu au plus grand mépris des standards internationaux des droits humains.
   
   La Chine a refusé de ratifier la convention de l’ONU sur les disparitions forcées et a même été jusqu’à les légaliser grace à de récents amendements à son code de procédure pénale. Comme le montre l’ouvrage The People’s Republic of the Disappeared («la République populaire des disparus», éditions Safeguard Defenders, 2017, non traduit), le recours à la «résidence surveillée en un lieu désigné», prévu par une disposition du code, s’est soldé par de graves abus contre des avocats, des activistes et défenseurs des droits humains et de simples citoyens. Dans la préface du livre, je qualifie cela d’«atrocités perpétrées au nom de la loi».
   
   Je suis bien placé pour le savoir, en ayant moi-même fait les frais de ce système. A trois reprises, en 2008, 2011 et 2012, j’ai fait partie des dissidents politiques et avocats défenseurs des droits humains victimes de disparitions forcées. J’ai été mis au secret, la tête couverte par une capuche noire bloquant toute lumière, sans aucun moyen de savoir où je me trouvais, et soumis à des sévices physiques et psychologiques. Ma famille et mes amis aussi sont des victimes ; en un clin d’œil, j’avais disparu, sans qu’ils puissent savoir si j’étais en vie ou mort. Ils ont énormément souffert.
   
   Même pour les personnes encore en liberté, les disparitions forcées ont de graves conséquences. Elles créent un climat de terreur. Si vous savez que l’Etat n’est lié par aucune loi et peut vous enlever à tout moment, n’importe où, quelles sont les chances que vous critiquiez ce même Etat en public ?
   
   Le pouvoir chinois qui, comme tout régime autoritaire, est mû par une peur extrême de son propre peuple, a perfectionné cette tactique comme moyen de rester en place. Elle est en effet plus efficace que les détentions, les procès, les emprisonnements car elle se fonde sur cette vérité brute : personne, ni avocats, ni célébrités, ni hommes de foi, ni même les membres du gouvernement, n’est en sécurité.
   
   Pourtant, il existe une autre vérité à laquelle de nombreuses personnes défendant les droits humains, dont je fais partie, croient : quand l’un d’entre nous n’est pas libre, aucun d’entre nous ne l’est. Quand on est prêt à sacrifier la liberté au profit d’une sécurité temporaire, on ne mérite et n’obtiendra ni l’une ni l’autre.
   
   La communauté internationale ne peut rester les bras croisés ni s’imaginer qu’il est anodin de négocier avec le régime chinois, champion du totalitarisme high-tech.

[下一页]
blog comments powered by Disqus

©Boxun News Network All Rights Reserved.
所有栏目和文章由作者或专栏管理员整理制作,均不代表博讯立场