滕彪文集
[主页]->[独立中文笔会]->[滕彪文集]->[« Révolution des parapluies » contre Pékin / Teng biao]
滕彪文集
·Innocence project movement in China rises to aid the wrongfully convic
·好處沙龍【選後台灣如何面對中國巨變】
·“你恐惧,中共的目的就达到了”
·SOME QUESTIONS FOR PRESIDENT OBAMA TO ASK PRESIDENT XI
·Book Debate Raises Questions of Self-Censorship by Foreign Groups in C
·Leaked Email: ABA Cancels Book for Fear of ‘Upsetting the Chinese Gov
·Is the ABA Afraid of the Chinese Government?
·Middle way should not be the only voice: Chinese activist to Tibetans
·Middle way not the only way for Tibet, says Chinese rights lawyer
·被曝光的电邮:怕惹恼北京美国律师协会取消出版《黎明前的黑暗》
·美律协违约拒为滕彪出书 国会要求解释
·高智晟:ABA和滕彪哪個更應該強大
·Lawmakers Pounce After ABA Scraps Book by China Rights Lawyer
·American Self-Censorship Association/WSJ
·An interview with China’s foremost rights lawyer Dr Teng Biao
·纽约时报:中国律师新书命运引发在华NGO自我审查争议
·Is China Returning to the Madness of Mao’s Cultural Revolution?
·The Conundrum of Compromise/Robert Precht
·Congress Still Calling Out ABA Over Canceled Book Deal
·No country for academics: Chinese crackdown forces intellectuals abroa
·中共血債大於其他專制國家
·江绪林之死反映中国知识分子精神痛苦唯有自杀寻求解脱
·"THERE WILL ALWAYS BE SOME BRAVE ACTIVISTS WHO REFUSE TO KEEP QUIET"
·“你们全家都是共产党员!”
·滕彪和江天勇获第25届杰出民主人士奖
·访滕彪:中国司法何以如此“高效率”
·'China wacht een revolutie, ik hoop een vreedzame'
·Arrestatiegolf China toont angst van regime
·ENTRETIEN AVEC LE DéFENSEUR DES DROITS DE L'HOMME TENG BIAO
·Le Parti communiste chinois est confronté à une série de crises
·英媒:遭受打击 中国知识分子被迫出国
·709 Crackdown/ Front Line Defenders
·Cataloging the Torture of Lawyers in China
·南海仲裁的法理基础及其对中国的政治冲击
·the Comfort of Self-Censorship
·G20前夕美国家安全顾问会晤中国人权人士
·Chinese dissidents urge Obama to press Xi Jinping on human rights at G
·China blocks major civil society groups from monitoring G20 summit
·Open Letter to G20 Leaders attending the 2016 G20 Summit
·自我审查的自我安慰/滕彪
·细雨中的独白——写给十七年
·Rights lawyers publicly shamed by China's national bar association
·沉默的暴行
·中共“长臂”施压 维权律师滕彪妻子被迫离职
·除了革命,中国已经别无道路
·高瑜案件从一开始就是政治操控
·毛式文革与恐怖主义之异同——国内外专家学者访谈
·最高法维护狼牙山五壮士名誉 学者批司法为文宣服务
·滕彪和杨建利投书彭博社 批评美国大选不谈中国人权议题
·“未来关键运动的发起者可能是我们都不认识的人。”
·政治因素杀死了贾敬龙
·中国维权人士在达兰萨拉与藏人探讨“中共的命运”
·黑暗的2016:中国人权更加倒退的一年
·滕彪談廢死
·滕彪:酷刑逼供背後是国家支持的系统性暴力
·在黑暗中尋找光明
·专访滕彪、杨建利:美国新法案 不给人权侵害者发签证
·海内外民主人士促美制裁中国人权迫害者/RFA
·A Joint Statement Upon the Establishment of ‘China Human Rights Accou
·关于成立“中国人权问责中心”的声明
·Group to Probe China's Human Rights Violations Under U.S. Law
·The Long Reach of China to Silence Its Critics
·王臧:极权主义,不止是“地域性灾难”
·Trump has the power to fight China on human rights. Will he use it?
·纪录片《吊照门》
·「吊照门」事件 引发法界震盪
·脸书玩命想进中国/RFA
·中国反酷刑联盟成立公告
·德电台奖冉云飞滕彪获提名
·中国维权律师:风雨中的坚持
·Harassed Chinese rights lawyer still speaking out on Tibetans’ plight
·Beijing Suspends Licenses of 2 Lawyers Who Offered to Defend Tibetans
·VOA连线:中国反酷刑联盟成立,向酷刑说“不”
·Announcement of the Establishment of the China Anti-Torture Alliance
·Chinese Court Upends 13-Year-Old Rape, Murder, Robbery Convictions
·中共迫害律师的前前后后
·Scholars Return to YLS to Discuss Human Rights Advocacy in China
·Abducted Activists
·中国的民间反对运动与维权运动
·Conversation on China’s human rights: Professor provides first hand a
·Exiled Chinese lawyer says the country is moving toward a new totalita
·VOA时事大家谈:抓律师两高人大邀功,保政权司法第一要务
·滕彪讲述被绑架和单独关押的经历
·Chinese human rights lawyer stresses the duty to resist
·山东“刺死辱母者”案,为何引发民意汹涌?/VOA
·关于审查《城市流浪乞讨人员收容遣送办法》的建议书
·Street Vendor’s Execution Stokes Anger in China
·[video]Academic freedom in the East and Southeast
·海外华人学者成立民主转型研究所VOA
·美国律师协会为受难律师高智晟出书/VOA
·郭文貴爆料,為何中國當局反應強烈?
·杨银波:搞滕彪、李和平,我看不过去
·Chinese Rights Lawyer Strikes Back at ABA Over Scuttled Book/WSJ
·China puts leading human rights lawyer on trial for 'inciting subversi
·丧尽天良,709维权律师李和平被灌不明精神药物!
·709案的秘密審訊——酷刑之後,強迫喂藥
·王全璋:被“消失”的中国人权律师
·李和平等709律师被捕期间遭强迫灌药酷刑虐待
·李明哲案成陸對台籌碼
·川普政府吁中共尊重人权 学者促弃绥靖政策
·从709维权律师审判看盘古氏公司庭审秀 习近平是圣君还是反人类罪犯
[列出本栏目所有内容]
欢迎在此做广告
« Révolution des parapluies » contre Pékin / Teng biao

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/10/06/revolution-des-parapluies-contre-pekin_4500946_3232.html
   
   LE MONDE | 06.10.2014
   
   Par Teng Biao (avocat chinois spécialisé dans la défense des droits de l’homme)

   
   
   Rares sont ceux qui ont cru que le mouvement « Occupy Central » allait prendre la forme qu’il a prise. Encore plus rares sont ceux qui auraient pu croire que le mouvement allait se transformer en « révolution des parapluies ».
   
   En juin 2013, le professeur Tai Yiu-ting a conçu le projet d’« Occupy Central ». A partir du 27 mars 2014, il s’est transformé en une « déclaration d’intention ». Le plan correspondant au slogan « Que l’amour et la paix occupent le Centre » est resté en gestation pendant dix-huit mois. Il a donc été mûrement réfléchi ! La population a proposé des référendums populaires et a attendu une réaction de la part du gouvernement. Ils ont répété les gestes de la désobéissance civile.
   
   Si le mouvement avait concerné de simples demandes, les Hongkongais se seraient trouvés en face d’un gouvernement respectueux des lois. Mais cette fois, dans le processus de démocratisation de Hongkong, ce qu’ils attendent, ce n’est pas Leung Chun-ying – élu le 25 mars 2012 par 689 voix sur les 1200 que compte le collège des électeurs hongkongais et soutenu par le premier ministre chinois de l’époque, Wen Jiabao –, mais le pouvoir du Parti communiste chinois qui a déjà utilisé tanks et mitraillettes pour réprimer les manifestations des étudiants à Tiananmen dans la nuit du 3 au 4 juin 1989.
   
   SENS DES RESPONSABILITéS
   
   Ceux qui ont lancé le mouvement d’« Occupy Central » ne peuvent éviter de prendre des précautions par rapport à la désobéissance civile. Même si ces leaders s’inspirent de l’esprit de Gandhi et de Martin Luther King, même s’ils utilisent la conscience à l’encontre de la loi et sont prêts à assumer les conséquences de leurs actes, tout cela sert à attirer l’attention du monde sur une perle de l’Orient affaiblie et à provoquer la réforme de leur système politique. Les leaders d’« Occupy Central » ont établi des plans précis liés au contexte particulier de Hongkong. Dans l’évolution du mouvement, les leaders ont rassemblé les concepts de démocratie directe, démocratie représentative et démocratie délibérative, faisant ainsi apparaître la détermination de la révolte, donnant corps à un sens des responsabilités et de la rationalité du mouvement. Lors de la préparation du projet, ceux qui sont au cœur de l’organisation prennent les plus gros risques. Ils n’opposeront aucune résistance à ceux qui viennent les arrêter. Une fois arrêtés, ils ne feront pas appel à un avocat, ne demanderont pas de libération sous caution et ne se défendront pas devant le tribunal. En revanche, pour ceux qui seront dans le deuxième cercle de l’organisation, les dirigeants prévoiront avocats et plaidoiries en cas d’arrestation. Ceux qui ont des vieux parents ou des enfants à charge, et qui se trouveraient en difficulté en cas d’emprisonnement, resteront à la marge des manifestations. Ainsi ils n’auront pas enfreint la loi. Et en tant que simples badauds, ils augmenteront le nombre des manifestants lors des rassemblements.
   
   Et pourtant, « Occupy Central » reste illégal aux yeux de certains. Il s’agit de ces délateurs payés 50 centimes par le pouvoir, ces bavards inutiles et autres lèche-bottes. Même s’il est illégal, « Occupy Central » est en fait conforme à l’esprit de la loi. La population ne doit entrer en désobéissance civile que lorsqu’elle a épuisé toutes les voies légales d’expression. A-t-on organisé des manifestations autorisées ? Oui.
   
   HéRITéE DE LA COLONISATION BRITANNIQUE
   
   Le 1er juillet 2014, la manifestation a battu tous les records, avec une participation de plus de 500 000 personnes. Le rôle des médias ? Même s’ils ont été infiltrés par le pouvoir communiste et que de plus en plus de journalistes ont subi des attaques violentes ces derniers temps, les citoyens de Hongkong peuvent toujours se tourner vers eux pour exprimer leurs desiderata. La voie législative ? Même si les collèges socio-professionnels, cette forme étrange de la représentation politique héritée de la colonisation britannique, continuent à orienter les élections à Hongkong, ceux qui relèvent des partis démocratiques – comme le Parti démocratique – représentent encore un tiers des élus. Cela ne s’est pas fait sans efforts ! Le Conseil législatif est plus un symptôme de la maladie qu’un remède. Parler avec le gouvernement chinois ? Tout ce qui a pu être dit a été dit. Ceux qui n’ont pas d’atout en main et qui doivent affronter un adversaire qui ne craint ni de manipuler ni de revenir sur ses promesses ne peuvent qu’échouer. La grève des cours et des usines ? Tout a été tenté jusqu’à l’épuisement des troupes.
   
   Pourtant, l’espoir de se faire entendre ne cesse de s’éloigner. Pékin ne fait que reculer la date de l’échéance du suffrage universel à Hongkong. Dans le Livre blanc publié le 10 juin 2014 – sur la mise en œuvre de la politique « un pays, deux systèmes » à Hongkong – le concept de « pouvoir de tout contrôler » a émergé. La stupéfaction a frappé tous les milieux de Hongkong. Le 31 août 2014, la « décision » du Comité permanent de l’Assemblée nationale marque un réel pas en arrière par rapport à l’ancien système d’élection indirecte par les administrateurs locaux. En apparence, le principe « un électeur, une voix » est respecté. En fait, ce sont des élections à l’iranienne, où tous les candidats auront été désignés par les représentants du pouvoir qui sont en train de s’organiser.
   
   Les tergiversations de Pékin se sont transformées en tromperie et humiliation pour Hongkong. Le pouvoir central a fini par montrer son vrai visage en déchirant les articles concernés de la loi organique et de la déclaration conjointe sino-britannique de 1984. Ce que Deng Xiaoping, l’ancien leader chinois, avait décrit comme une simple passation des pouvoirs qui se limiterait à un échange de drapeau au sommet de Hongkong – pendant que les « courses de chevaux se poursuivraient et que les danseurs se réjouiraient dans leurs bals » – s’est transformé en un « tu peux aller te brosser » unilatéral. Néanmoins, les organisateurs du mouvement ont poursuivi leur recherche de dialogue avec les autorités, espérant que l’annonce du mouvement d’« Occupy Central » servirait de moyen de pression et que leurs appels émouvants suffiraient à ébranler le pouvoir. S’il avait été possible d’obtenir des résultats sans « occuper le centre », ils s’en seraient bien passés !
   
   Pendant ce temps, les sentiments de révolte qui s’étaient immiscés dans le cœur des Hongkongais avaient fini par tourner à l’aigre. La patience était épuisée. Le 22 septembre 2014, les associations d’étudiants et de la société civile ont lancé la grève. Le 26 septembre au soir, Huang Zhifeng, qui s’était révélé lors du mouvement contre « l’instruction patriotique » en 2012, a franchi les barrières fermant l’accès à la place publique. Après l’arrestation de ceux qui ont violé cette interdiction, les trois cofondateurs du mouvement – Joshua Wong, Tai Yiu-ting et Chan Kin-man – et les démocrates ont exigé la libération des étudiants pendant que les rassemblements atteignaient quelque 500 000 personnes. De plus en plus de monde convergeait vers la manifestation. Le 28 septembre au matin, « Occupy Central » a démarré plus tôt que prévu. Les policiers ont encerclé les manifestants mais les citadins ont accouru en urgence pour entourer à leur tour les policiers. La contestation gagnait aussi les avenues adjacentes. Tout cela s’est accompli en quatorze heures depuis l’annonce officielle d’« Occupy Central ». Le mouvement s’était déjà diffusé à Jinzhong et Wanchai. Dans la nuit du 28 au 29 septembre, la police a lancé 87 bombes lacrymogènes sur les manifestants. Ces derniers ont aussitôt sorti leurs parapluies qu’ils avaient pris soin d’emporter avec eux pour se protéger des gaz. Ainsi est née l’expression de « révolution des parapluies ».

[下一页]
blog comments powered by Disqus
blog comments powered by Disqus

©Boxun News Network All Rights Reserved.
所有栏目和文章由作者或专栏管理员整理制作,均不代表博讯立场