滕彪文集
[主页]->[独立中文笔会]->[滕彪文集]->[« Révolution des parapluies » contre Pékin / Teng biao]
滕彪文集
·“中共难容宗教对意识形态的消解”
·非常规威慑
·许志永自由中国公民梦不碎
·滕彪维园演讲
·Speech during the June 4th Vigil in Victoria Park in Hong Kong
·坦克辗压下的中国
·呂秉權﹕滕彪赤子心「死諫」香港
·【林忌评论】大陆没民主 香港没普选?
·曾志豪:滕彪都站出來,你呢?
·June 2014: Remembering Tiananmen: The View from Hong Kong
·The Strength to Save Oneself
·讓北京知道 要甚麼樣的未來/苹果日报
·否認屠殺的言論自由?
·Beyond Stability Maintenance-From Surveillance to Elimination/Teng bia
·从稳控模式到扫荡模式
·為自由,免於恐懼越絕壑——記滕彪談中國維權路
·就律协点名维权律师“无照”执业 滕彪答德国之声记者问
·法官如何爱国?
·滕彪给全国律协的公开信
·郑州十君子公民声援团募款倡议书
·Politics of the Death Penalty in China
·What sustains Chinese truth-tellers
·在人权灾难面前不应沉默
·From Stability Maintenance to Wiping Out/Teng biao
·自由不是一個禮物,而是一個任務
·抱薪救火的严打政策
·习近平要回到文革吗?
·中国宪法的结构性缺陷
·25 years later, Tiananmen cause is still costly
·A Chinese activist: Out of prison but not free
·中国人权有进步吗?
·Activist lawyer vows to keep fighting for human rights
·高智晟:走出监狱却没有自由
·VOA时事大家谈:维权/维稳
·和平香港行動呼籲
·沉默的吶喊
·Head Off a Tiananmen Massacre in Hong Kong/Yang jianli,Teng Biao,Hu ji
·滕彪被中国政法大学除名 因参与新公民运动
· Ilham Tohti should get the Nobel peace prize, not life in prison
·受难的伊力哈木
·香港人不会接受一个假选举
· Chinese activist scholar Teng Biao on how Occupy Central affects main
·大陆法律人关于支持港人真普选和释放大陆声援公民的声明
·« Révolution des parapluies » contre Pékin / Teng biao
·We Stand With You
·从占领中环到伞花革命
·不可承受的革命之重
·中国维权运动的历史和现状
·Don’t Get Too Excited About the Investigation of Zhou Yongkang
·Sensing subversion, China throws the book at kids' libraries
·China’s Unstoppable Lawyers: An Interview With Teng Biao
·专访滕彪:中国那些百折不回的律师们/纽约书评
·法治還是匪治
·努力实现匪治
·Hongkong: the Unbearable Weight of the Revolution
·Courts are told what decision to make in important cases
·RISKY BUSINESS fighting for Human Rights in China
·藏族、維吾爾族、南(内)蒙古族以及漢族活動人士的聯合聲明
·A STATEMENT OF SOLIDARITY FROM A TIBETAN, UYGHUR, SOUTHERN MONGOLIAN,
·The Supremacy of the Constitution, and Freedom of Religion
·如果有人倾听你对 昨夜梦境的复述(诗四首)
·China’s Empty Promise of Rule by Law
·Sensing subversion, China throws the book at kids' libraries
·VOA时事大家谈:中国司法不独立,如何进行司法改革?
·VOA时事大家谈:通奸女官员被“游街”:罪有应得还是侵犯人权?
·滕彪:中共“依法治国”的画皮
·What will this crackdown on activists do to China’s nascent civil soc
·浦志强、滕彪:李保华诉周国平名誉权纠纷案代理词
·The most dangerous job in law
·关于撤销《黑龙江省垦区条例》的建议
·Selective Blindness over China and Huamn Rights
·中共体制是一个不定时的炸弹/VOA
·滕彪在伦敦闹市被打劫
·「西方學者自我審查問題嚴重」/BBC
·CHINA'S LONG ROAD TO DEATH PENALTY REFORM
·Blood, Justice and Corruption: Why the Chinese Love Their Death Penalt
·完善我国宪法人权保护条款的建议
·计生基本国策是完全错误的
·死刑作為政治籌碼
·Human Rights Advocates Vanish as China Intensifies Crackdown/NYT
·学者滕彪等人探望基督徒母亲被殴打/RFA
·‘Did We Stand on the Side of Tank Man?’
·The Quest to Save the World's Scholars From Persecution and Death
·北京准备出手整肃海内外NGO与学术界
·时事大家谈:中国新国安法,党国不分?
·Comments on the draft law on Foreign NGO Management
·评《境外非政府组织管理法》和《国家安全法》草案
·《回到革命》亮相香港书展
·China is moving toward a new totalitarianism
·Uncivil/ The Economist
·《回到革命》编选说明、封面设计说明
·习近平为何清洗人权律师
·Why Xi Jinping is Purging China’s Human Rights Lawyers
·CCP party has an exaggerated fear of a color revolution
·維權律師享受和集權者鬥爭樂趣
·Toast at the Stateless Breakfast
·"China é responsável por 90% das execuções mundiais"
·敗訴多於勝訴的名律師(上)
·敗訴多於勝訴的名律師(下)
·China's international relations at a time of rising rule of law challe
·Seven Chinese activists wrote to the Dutch King
[列出本栏目所有内容]
欢迎在此做广告
« Révolution des parapluies » contre Pékin / Teng biao

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/10/06/revolution-des-parapluies-contre-pekin_4500946_3232.html
   
   LE MONDE | 06.10.2014
   
   Par Teng Biao (avocat chinois spécialisé dans la défense des droits de l’homme)

   
   
   Rares sont ceux qui ont cru que le mouvement « Occupy Central » allait prendre la forme qu’il a prise. Encore plus rares sont ceux qui auraient pu croire que le mouvement allait se transformer en « révolution des parapluies ».
   
   En juin 2013, le professeur Tai Yiu-ting a conçu le projet d’« Occupy Central ». A partir du 27 mars 2014, il s’est transformé en une « déclaration d’intention ». Le plan correspondant au slogan « Que l’amour et la paix occupent le Centre » est resté en gestation pendant dix-huit mois. Il a donc été mûrement réfléchi ! La population a proposé des référendums populaires et a attendu une réaction de la part du gouvernement. Ils ont répété les gestes de la désobéissance civile.
   
   Si le mouvement avait concerné de simples demandes, les Hongkongais se seraient trouvés en face d’un gouvernement respectueux des lois. Mais cette fois, dans le processus de démocratisation de Hongkong, ce qu’ils attendent, ce n’est pas Leung Chun-ying – élu le 25 mars 2012 par 689 voix sur les 1200 que compte le collège des électeurs hongkongais et soutenu par le premier ministre chinois de l’époque, Wen Jiabao –, mais le pouvoir du Parti communiste chinois qui a déjà utilisé tanks et mitraillettes pour réprimer les manifestations des étudiants à Tiananmen dans la nuit du 3 au 4 juin 1989.
   
   SENS DES RESPONSABILITéS
   
   Ceux qui ont lancé le mouvement d’« Occupy Central » ne peuvent éviter de prendre des précautions par rapport à la désobéissance civile. Même si ces leaders s’inspirent de l’esprit de Gandhi et de Martin Luther King, même s’ils utilisent la conscience à l’encontre de la loi et sont prêts à assumer les conséquences de leurs actes, tout cela sert à attirer l’attention du monde sur une perle de l’Orient affaiblie et à provoquer la réforme de leur système politique. Les leaders d’« Occupy Central » ont établi des plans précis liés au contexte particulier de Hongkong. Dans l’évolution du mouvement, les leaders ont rassemblé les concepts de démocratie directe, démocratie représentative et démocratie délibérative, faisant ainsi apparaître la détermination de la révolte, donnant corps à un sens des responsabilités et de la rationalité du mouvement. Lors de la préparation du projet, ceux qui sont au cœur de l’organisation prennent les plus gros risques. Ils n’opposeront aucune résistance à ceux qui viennent les arrêter. Une fois arrêtés, ils ne feront pas appel à un avocat, ne demanderont pas de libération sous caution et ne se défendront pas devant le tribunal. En revanche, pour ceux qui seront dans le deuxième cercle de l’organisation, les dirigeants prévoiront avocats et plaidoiries en cas d’arrestation. Ceux qui ont des vieux parents ou des enfants à charge, et qui se trouveraient en difficulté en cas d’emprisonnement, resteront à la marge des manifestations. Ainsi ils n’auront pas enfreint la loi. Et en tant que simples badauds, ils augmenteront le nombre des manifestants lors des rassemblements.
   
   Et pourtant, « Occupy Central » reste illégal aux yeux de certains. Il s’agit de ces délateurs payés 50 centimes par le pouvoir, ces bavards inutiles et autres lèche-bottes. Même s’il est illégal, « Occupy Central » est en fait conforme à l’esprit de la loi. La population ne doit entrer en désobéissance civile que lorsqu’elle a épuisé toutes les voies légales d’expression. A-t-on organisé des manifestations autorisées ? Oui.
   
   HéRITéE DE LA COLONISATION BRITANNIQUE
   
   Le 1er juillet 2014, la manifestation a battu tous les records, avec une participation de plus de 500 000 personnes. Le rôle des médias ? Même s’ils ont été infiltrés par le pouvoir communiste et que de plus en plus de journalistes ont subi des attaques violentes ces derniers temps, les citoyens de Hongkong peuvent toujours se tourner vers eux pour exprimer leurs desiderata. La voie législative ? Même si les collèges socio-professionnels, cette forme étrange de la représentation politique héritée de la colonisation britannique, continuent à orienter les élections à Hongkong, ceux qui relèvent des partis démocratiques – comme le Parti démocratique – représentent encore un tiers des élus. Cela ne s’est pas fait sans efforts ! Le Conseil législatif est plus un symptôme de la maladie qu’un remède. Parler avec le gouvernement chinois ? Tout ce qui a pu être dit a été dit. Ceux qui n’ont pas d’atout en main et qui doivent affronter un adversaire qui ne craint ni de manipuler ni de revenir sur ses promesses ne peuvent qu’échouer. La grève des cours et des usines ? Tout a été tenté jusqu’à l’épuisement des troupes.
   
   Pourtant, l’espoir de se faire entendre ne cesse de s’éloigner. Pékin ne fait que reculer la date de l’échéance du suffrage universel à Hongkong. Dans le Livre blanc publié le 10 juin 2014 – sur la mise en œuvre de la politique « un pays, deux systèmes » à Hongkong – le concept de « pouvoir de tout contrôler » a émergé. La stupéfaction a frappé tous les milieux de Hongkong. Le 31 août 2014, la « décision » du Comité permanent de l’Assemblée nationale marque un réel pas en arrière par rapport à l’ancien système d’élection indirecte par les administrateurs locaux. En apparence, le principe « un électeur, une voix » est respecté. En fait, ce sont des élections à l’iranienne, où tous les candidats auront été désignés par les représentants du pouvoir qui sont en train de s’organiser.
   
   Les tergiversations de Pékin se sont transformées en tromperie et humiliation pour Hongkong. Le pouvoir central a fini par montrer son vrai visage en déchirant les articles concernés de la loi organique et de la déclaration conjointe sino-britannique de 1984. Ce que Deng Xiaoping, l’ancien leader chinois, avait décrit comme une simple passation des pouvoirs qui se limiterait à un échange de drapeau au sommet de Hongkong – pendant que les « courses de chevaux se poursuivraient et que les danseurs se réjouiraient dans leurs bals » – s’est transformé en un « tu peux aller te brosser » unilatéral. Néanmoins, les organisateurs du mouvement ont poursuivi leur recherche de dialogue avec les autorités, espérant que l’annonce du mouvement d’« Occupy Central » servirait de moyen de pression et que leurs appels émouvants suffiraient à ébranler le pouvoir. S’il avait été possible d’obtenir des résultats sans « occuper le centre », ils s’en seraient bien passés !
   
   Pendant ce temps, les sentiments de révolte qui s’étaient immiscés dans le cœur des Hongkongais avaient fini par tourner à l’aigre. La patience était épuisée. Le 22 septembre 2014, les associations d’étudiants et de la société civile ont lancé la grève. Le 26 septembre au soir, Huang Zhifeng, qui s’était révélé lors du mouvement contre « l’instruction patriotique » en 2012, a franchi les barrières fermant l’accès à la place publique. Après l’arrestation de ceux qui ont violé cette interdiction, les trois cofondateurs du mouvement – Joshua Wong, Tai Yiu-ting et Chan Kin-man – et les démocrates ont exigé la libération des étudiants pendant que les rassemblements atteignaient quelque 500 000 personnes. De plus en plus de monde convergeait vers la manifestation. Le 28 septembre au matin, « Occupy Central » a démarré plus tôt que prévu. Les policiers ont encerclé les manifestants mais les citadins ont accouru en urgence pour entourer à leur tour les policiers. La contestation gagnait aussi les avenues adjacentes. Tout cela s’est accompli en quatorze heures depuis l’annonce officielle d’« Occupy Central ». Le mouvement s’était déjà diffusé à Jinzhong et Wanchai. Dans la nuit du 28 au 29 septembre, la police a lancé 87 bombes lacrymogènes sur les manifestants. Ces derniers ont aussitôt sorti leurs parapluies qu’ils avaient pris soin d’emporter avec eux pour se protéger des gaz. Ainsi est née l’expression de « révolution des parapluies ».

[下一页]
blog comments powered by Disqus
blog comments powered by Disqus

©Boxun News Network All Rights Reserved.
所有栏目和文章由作者或专栏管理员整理制作,均不代表博讯立场